J-M Delaunay est à la mode...

Publié le 10 Décembre 2010

 

Deuxième famille de modes : modes mineurs

Voici une nouvelle famille de modes, qui ont en commun d’avoir une tierce mineure (un intervalle d’un ton et demi) entre le Ier et le IIIe degré. Cela, dans nos habitudes d’oreille occidentale, leur donne un caractère à priori plutôt tourné vers le sérieux, la gravité, voire la tristesse ou le tragique (bien que cela soit à nuancer beaucoup quand il s’agit de musiques populaires).

Je rappelle qu’il n’est pas question d’entreprendre ici un recensement exhaustif de toutes les possibilités modales rencontrées dans les répertoires traditionnels : en croisant les différents critères permettant d’individualiser des modes (voir note), on obtiendrait une infinité de combinaisons, dans laquelle on ne pourrait que se noyer (à moins de tout simplifier abusivement en rangeant tout sous l’étiquette unique de « mode mineur »)  [1].

Mon propos ici est plutôt de faire un choix parmi ces possibilités, et de définir un certain nombre de configurations pertinentes par leur particularité, c’est-à-dire possédant une construction ou surtout un climat remarquables, et reconnaissables à travers plusieurs mélodies. Il s’agit là de la formalisation d’impressions sensibles : j’ai tout d’abord ressenti et différencié ces climats musicaux intuitivement, à l’oreille, bien avant de me mettre à les analyser.

Il ne s’agit pas d’exclure de multiples autres possibilités, mais de fournir quelques points de départ à un travail de variation et d’improvisation mélodiques, par l’exploration de chaque climat particulier.

 

http://www.crmtl.fr/spip.php?article275&artpage=1-5

 

 merci à J-M Delaunay d' avoir mis ce travail en ligne

Bruno.

Rédigé par bruno

Repost 0
Commenter cet article