chabrette et autres cornemuses

Publié le 23 Décembre 2010

Rédigé par bruno

Publié dans #chabrette et autres cornemuses

Repost0

Publié le 23 Novembre 2010

Avis de soutenance de thèse en Ethnomusicologie
Eric MONTBEL
soutiendra sa thèse de Doctorat en Ethnomusicologie (Université de Nice-Sophia-Antipolis)
Les cornemuses à miroirs du Limousin (XVIIe-XXe siècles). Histoire, sémiologie, anthropologie musicale
le vendredi 10 décembre 2010, Salle de conférences de la Bibliothèque Universitaire (Campus Carlone, Facultés des Lettres), à 13h30.
Jury :
Luc CHARLES-DOMINIQUE, Professeur, Université de Nice-Sophia-Antipolis (Directeur de thèse)
Florence GÉTREAU, Directrice de Recherches au CNRS (pré-rapporteur)
François PICARD, Professeur, Paris-Sorbonne (pré-rapporteur)
Frédéric BILLIET, Professeur, Paris-Sorbonne,
Bernard VECCHIONE, Professeur, Université de Provence (Aix-Marseille I).
Résumé de la Thèse :
Cette étude pluridisciplinaire s’appuie sur un corpus de 125 cornemuses retrouvées par l’auteur. Ces instruments, pour certains très anciens (XVIIe siècle) sont caractérisés par une organologie particulière et par leur décor symbolique en miroirs, disposés en motifs religieux d’origine chrétienne. L’auteur utilise l’iconographie et les sources manuscrites pour retracer leur parcours historique depuis la cour de France où ils furent joués sous le règne de Louis XIII sous le nom de Cornemuse et Hautbois de Poitou, jusqu’au Limousin où nous les retrouvons aujourd’hui.
L’hypothèse présentée est celle d’une filiation avec les cornemuses italiennes du XVIe siècle, le phagotus et la sourdeline, dans une perspective spirituelle et humaniste, celle des néo-platoniciens des Académies. Après leur abandon à la cour vers 1670, ces cornemuses furent jouées et fabriquée en Limousin jusqu’au début du XXe siècle. C’est cette mobilité sociale qui est analysée ici.
L’auteur propose une approche sémiologique de deux objets associés dans une relation syntagmatique, la cornemuse et le miroir. La symbolique du pastoralisme est aussi étudiée, et la place des instruments à vent dans ce qui deviendra une mode musicale à l’âge baroque.
Une troisième partie propose une approche anthropologique fondée sur l’étude de terrain et l’enquête auprès des derniers joueurs de cet instrument en Limousin, ainsi qu’une réflexion sur le rôle du chercheur-musicien engagé dans un processus d’invention d’une tradition.
 
Mots Clefs : Ethnomusicologie, anthropologie musicale, sémiologie, iconographie musicale,
cornemuse, miroir, musique pastorale.
 
Le pot qui suivra la soutenance se tiendra dans la Salle des professeurs, au premier étage du bâtiment A.
Site info ethno : www.ethno-info.com

Voir les commentaires

Rédigé par bruno

Publié dans #chabrette et autres cornemuses

Repost0

Publié le 5 Novembre 2010

Rédigé par bruno

Publié dans #chabrette et autres cornemuses

Repost0

Publié le 4 Avril 2010

Timbres et fredons du XVIIIe siècle pour la chabrette
Jean-Marc vous propose ici un choix de 44 mélodies extraites d’un recueil de théâtre chanté du XVIIIe siècle : « Les Parodies du Nouveau Théâtre Italien » (édition de 1738). Ces airs, parfois apparentés au répertoire traditionnel, ont été choisis pour alimenter le répertoire actuel de la chabrette limousine, et pour susciter la curiosité sur des sources musicales encore peu connues des musiciens. On en trouvera ici partitions et interprétations à la chabrette.
voir ici:  
 http://www.crmtl.fr/spip.php?article252

merci à Jean-Marc Delaunay de partager ce travail

Voir les commentaires

Rédigé par bruno

Publié dans #chabrette et autres cornemuses

Repost0

Publié le 28 Février 2010

Rédigé par bruno

Publié dans #chabrette et autres cornemuses

Repost0

Publié le 29 Janvier 2010

« La musique a deux modes que les savants, comme j’ai ouï dire, appellent majeur et mineur, et que j’appelle, moi, mode clair et mode trouble ; ou, si tu veux, mode de ciel bleu et mode de ciel gris ; ou encore, mode de la force ou de la joie, et mode de la

tristesse ou de la songerie. Tu peux chercher jusqu’à demain, tu ne trouveras pas la fin des oppositions qu’il y a entre ces deux modes, non plus que tu n’en trouveras un troisième ; car tout, sur la terre, est ombre

ou lumière, repos ou action. Or, écoute bien toujours, Joseph ! La plaine chante en majeur et la montagne en mineur. Si tu étais resté en ton pays, tu aurais toujours eu des idées dans le mode clair et tranquille, et, en y retournant, tu verras le parti qu’un esprit comme le tien peut tirer de ce mode ; car l’un n’est ni plus ni moins que l’autre.»


Dix-huitième veillée,,

Les Maîtres Sonneurs, George Sand, 1852

 

sur le site de Jean Blanchard

Voir les commentaires

Rédigé par bruno

Publié dans #chabrette et autres cornemuses

Repost0

Publié le 24 Janvier 2010

Rédigé par bruno

Publié dans #chabrette et autres cornemuses

Repost0

Publié le 24 Janvier 2010

Rédigé par bruno

Publié dans #chabrette et autres cornemuses

Repost0

Publié le 21 Décembre 2009

Rédigé par bruno

Publié dans #chabrette et autres cornemuses

Repost0

Publié le 21 Décembre 2009

Rédigé par bruno

Publié dans #chabrette et autres cornemuses

Repost0